Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

73 Les Soirees Pulchérie n'avoit aucune inclination, elle avoit donné les mains.a ce mariage, que fa familie défiroit paiïionnément. Tandis qu'on préparoit tout pour le voyage, Saint-Alme eut oceafion de la voir fouvent, Sc de s'en* tretenir avec elle. II gouta fort fon efprit j Sc le fien ne parut que trop aimablea Pulchérie. Elle avoit chaque jour plus de plaifir a le voir Sc a lui parler. Enfin le fentiment qui lui faifoit rechercher fon entretien , Sc qu'elle avoit pris pour de 1'amitié , devint bientót un véritable amoux, dont elle ne commenca a s'alarmer que lcrfqu'il n' étoit plus temps de le vaincre. Ce n étoit pas fans doute un malheur pour elle d'aimer Saint-Alme, puifque lui qu'elle devoit époufer ^ mais, par une fatalité bien étrange % cette ten.;-:; (> voathie faillit a reuverfer tout Fédifice de leur bonheur. Dès; que Pulchérie fentit qu'elle aimoit

Sluiten