Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AM U SANTÉ S. %y

lui un coup de poignard. Tantot il y croyoit voir 1'expreffion de la haine; li Pulchérie avoit écrit, une répugnancz que vous ne mave^pas infpirée , c'étoit une formule de politelïè ou d'ironie cruelle : tantót il regardoit la lettre 8c la fuite même comme un chatiment du a fa fupercherie. Si j'en avois fait moimême Paveu, s'écrioit - il, fi j'étois tombé a fes pieds, j'aurois obtenu mon pardon 5 elle auroit lu dans mon cceur, 8c elle m'auroit faitgrace, en faveur de mon amour. II s'achemine alors vers le Couvent qui renferme ce qu'il aime. Hélas ! il n'y voit que des murs inabordables , des portes 8c des fenêtres grilléesjle filence , la folitude,oif des gardiens incorruptibles. II fe met a roder tout autour fans projet, même fans efpérance, toute la journée j Ie* foir il tombe accable de Jaffitude au pied des murs \ il y pafle la nuït étendit fans fermer 1'ceil j 8c ne troublant Pair

Sluiten