Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

20 Les $ o i n. e e s

triftes idees , mille foupeons affreux viennent ajouter encore a cette horrible ftuation. Peut-être Pulchérie at-elle deviné ou reconnu fa main. II avoit vu les geiles , les mouvemens qu'on avoit faits ; mais il n'avoit pas entendu le difcours qu'on avoit tenu.

La Supérieure , qui fans être bien perfuadée que la lettre lui appartint, 1'avoit toujours regue par état ou par curiofité, ne tarda pas a quitter Pulchérie pour aller la lire a 1'écart. Elle vit avec étonnement qu'elle étoit pour fa niece ; il y avoit bien quelques détails qu'elle ne comprenoit point; mais elle aima mieux les ignorer, que de montrer la lettre a Pulchérie : elle eut craint d'ébranler ce qu'elle appeloit fa pieufe réfolution. C'eit ainli que tous les hafards fe réuniffoient contre le malheureux Saint-Alme. S'il avoit fait une faute, il en étoit puni bien févérement. Et la pauvre Pulchérie ! elle

Sluiten