Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

108 b E S $ O ï R E E S

avoit rendu plus pafhonné , &- dont les vues fecretes, fur-tout d'epuis Ie départ de fon frere, étoient de s'approprier la polfeffion exclufive d'Ar-' monde Sigifrid-, dis-je-, pr-ofita de la contagion dont on vient de parler, pour faire courir lë bruit qu'elle avoit atteint fa future belle-fceur, Sc qu'elle 1'avoit emportéè entrois jours. Comme tous les gens du chateau étoient fes eréatures, il en difpofaxi fön gré pour accréditer cette fable. -II fic faire a la prétendue morte des obfeques magnifiques, Sc lui fit ériger un tombeau vide dans fa chapelle feigneuria'le.

Cependant Armonde , tandis qu'on rendoit ces vains honneurs I fon céno-; taphe, gémiiloit dans un donjon fous la garde de deux Geoliers inflexibles Sc farouches qui ne répondoient a aucune de fes queilions, Sc qui lui refufoient 'jufqu'a la confolation de lui dhre pourquoi on la traitoit avec cette

Sluiten