Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. n$ de peine a reconnottre dans les foins de Drilly ce qu elle fentoit déja dans fon propre cceur; car l'amour s'en étoit emparé avant qu elle eut fongé a s'en défendre , comme leurs cceurs s'entendirent avant que leur bouche eut parlé. Cependant leurs converfations n'étoient pas longues, paree que leurs tete-a-tête ne pouvoient pas être fréquens : d'ailleurs , Georgette étoit timide , Sc Drilly craignoit de lui occalionner du chagrin.

Mais l'amour, comme on fait, ne peut jamais refter en place : Drilly réfolut enfin d'ouvrir fon cceur a 1auteur de fes jours. II fallut néanmoins en prévenir la tendre Georgette , Sc ce fut alors qu'elle commenca a craindre les fuites de fon amour. Elle n'ignoroit pas combien la fortune Sc le préjugé étoient contre elle; fa naiffance Sc fa pauvreté fembloient lui snterdire pour jamais tout eipoir d'by-

F ij

Sluiten