Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. 129 Ce fut la que fes larmes coulerent abondamment; elle fentoit qu'elle ne furvivroit pas a la perte de Drilly, 8c elle voyoit qu'il falloit y renonc'er; elle regardoit alors comme le jour le plus malheureux de fa vie celui ou elle avoit^ trouvé chez M. de Mazincour un afile 8c un bienfaiéteur. Hclas, s'écrioit-elle, que deviendrai-je quand il faura que c'eft moi qui ai rendu fon fils rebellea fes volontés? Comment éviter ie reproche d'ingratitude ? Ses larmes, a ces mots, recommengoient a couler. Quand elle ne fe feroit pas jugée coupable, elle auroit gcmi amérement de voir M. de Mazincour malWux; elle en venoit quelquefois ^fqu'a- défrer de n'ètre plus aimée de Drilly.

Georgette pafta Ie refte de la journée dans cette lutte douloureufe; 8c Ie lendemain, étant chez fon Inftitutrice, Drilly, qui n'avoit pas ofé lui parler

F v

Sluiten