Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A M V S A N T E 'S. %? t étoit Ia plus rloritfante &la plus belle; ïes merveilles de Flore , les tréfors de' Pomone , des prés toujours verts , coupes de limpides ruüTeaux qui par leur murmure fembloient accompagner la voix des gentils mufickns des champs 5 en un mot, les prodigalités de la nature & toutes les reffourecs de Tart en avoient fait un Elyfée terreftre. Oh 1 comme ce riant féjour étoit changé pour Elénor en une arTreufe folitude] LWence d'Azéline enlevoit a la nature tous fes charmes : il ne cherchoit le bord des ruifleaux que pour y endormir fes chagrins 5 il ne s'étendoit fur le gazon que pour 1'arrofer de fes larmes ; 3c il ne mêloit fa voix au ramage des oifeaux que pour attrifter leurs chants par fes plaintes.

On voit fouvent marcher de front Tamour 3c la poéfe. Elénor avoit fouvent chanté Azéline; mais c'étoient

H ij

Sluiten