Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A M U S A N T E S. iyy core. Hélas ! pour la première fois, je me trouvois feule au lieu du rendez - vous. Tout ce qui m'environnoit me donnoit d'heureux fouvenirs, mais ces plaifirs étoient bien empoifonnés par la réflexion. Je confidérai le gazon ou tu aimois a t'affeoir, je vis encore des rleurs que tu avois efFeuillées a-utour de moi; j'cntendis les oifeaux que nous nous plaifions a écouter. Hélas ! il me fembloit que leur voix étoit plus foible, que leurs accens étoient plus tri/fes, ilsparoiflbient gémir avec moi de Tabfence d'Elénor. Mes yeux erroient fans ceife autour de moi, comme je te cherchois autrefois quand tu feignois un moment de te dérober a mes regards : mais ce qui étoit jadis un jeu innocent , étoit devenu une cruelle vérité. Je ne voyois plus rien,; f étois feule au monde. Tantót un bruit* quKm'apportoit une douce illufon , me faifoit détourner la tête , tantót je

H v

Sluiten