Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTER iSr

yeux ne fe fermerent point; les plus funeftes images vinrent efFrayer mon imagination .-enfin il ne me fut plus pofiible de commander a mes tranfports; & les premiers rayons du matin ayant éclairci les ténebres, je concus un projet qui me fut fuggéré par l'amour Sc le défefpoir. Je voulois te voir, te parler, te prémunir contre les rufes du tyran : tout m'étoit fufpect ; je ne voulois confier qu'a moi feule 1'intérêt de mon amour Sc le foin de ta vie ; j'ai revêtu , comme tu vois, pour n'être pas reconnue a 1'habit d'un frere que la mort m'a enlevé; j'ai détaché un bateau que j'ai appergu pres du rivage ; j'ai faifi deux rames qui fe trouvoient fous ma main y Sc j'ai fendu les flots pour voguer vers toi : mais foudain un horrible coup de vent me frappe, renverfe le bateau, qui eft entrainé par les vagues, Sc me jette fur ce rivage, oü l'amour t'a fans doute;

Sluiten