Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. 225-

Coins avec Maurice ; il craignoit toujours de ne pas deviner fes befoins. On eüt dit que ia nature avoit écJairé fon cceur ; qu'il avoit appris qu'il pofiedoit feul une fortune que Maurice avoit naturellement droit de partager avec lui, & qu'il cherchoit k réparer linjuftice de fon pere. II eft vrai que Maurice étoit digne de fon amitié, & qu'il répondoit a fes foins par une

tendrefteauffidéftntéreftéequ'attentive.

De fon cöté, Minville, tout courroucé qu'il étoit contre les hommes, n'avoit pas pu s'empecher de parier i léonore ; Ü n'avoit pas, pu lui parier fans f interroger fur fon fort; fes queftions avoient amené des aveux 5 Minville attiroit la confiance; enfin Léonore lui racontafon hiftoire, qui attendrit notre mifanthrope : mais malheureufement fon chagrin étoit un mal fans remede, vu 1'engagement qu'avoit xontracté Blimont.

Kt

Sluiten