Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE $f auprès de Blimont, il fut fi bien gagner fon cceur, que ce pere trop heureux finit par défirer de ne pénétrer jamais ce fecret. II réfolut de partager aveuglément entre eux fon cceur comme fa fortune \ bien perfuadé qu'après fa mort, le partage de fes biens fe feroit fans que la loi eut befoin de s'en meier. Bientót il fut difficile de décider lequel des trois étoit le plus heureux. Que dis-je ? 1'un des trois ne pouvoit trouver fon bonheur parfaitMaurice ne pouvoit oublier que fa mere vivoit dans un abandon ignominieux $ 3c cette idéé venoit l'attrilter dans les plus heureux inftans. II étouffoit fes pJaintes, fes .foupirs 5 maisilfe taifoit en vain : les cceurs de d'Eperny 3c de Maurice n'avoient pas befoin de 1'organe de la parole ; ils s'entendoient, ils fe devinoient. La triftefle de Maurice aiHigeoit d'autant plus d Eperny, qu'il ne pouvoit le confoler

Sluiten