Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i6i Les Soirees Crie-t-elle, non; je ne comparois devant ce peuple & a la face des Autels , que pour le dénoncer comme mon tyran.

En parlant ainfi, elle étoit debout, 6c tournee vers le peuple. Voila mon tyran, reprit-elle; 1'époux que je demande au CM , c'eft Azémon. La nouveauté de ce fpeótacle, la voix touchante d'Agathide, fes beaux yeux inondés de larmes, fa couronne de fleurs qui, dans cette attitude de douleur, repréfentoit plutot une victimc qu'une époufe; fon courage, fon amour; tout fit fur le peuple une profonde impreflion, qui ne s'exprima d'abord que par un morne filence.

Le Comte ordonna au Prêtre de pourfuivre la cérémonie ; mais celuici enhardi par Ia dignité de fon mi niftere, a le courage de défobéir; il réfifte aux menaces du Comtè, dont la colere 8c le dépit fe manifeftent par les plus violens tranfports , 8c qui s'arme de fon épée. Le malheureux

Sluiten