Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ij% Les S o i r è e §

on pourroit dire avec raifon, que défendre a une belle d'ufer de fa liberté, c'eft 1'avertir d'en abufer, Ifabelle fembla vouloir fe dédommager de la rigueur de fon pere. Enfin elle accorda par amour au tendre Aurélio ce qu'on ne doit obtenir que par 1'hyménée.

Leur bonheur fut plus vif que durable. Le Roi ayant appris leur intelligence 5 les épia, 8c les ayant furpris, il les fit emprifonner l'un 8c 1'autre. Ce Monarque, fort amoureux de la juftice , craignant que fa qualité de pere ne le rendit trop indulgent, ou que fon courroux ne le rendit trop févere 7 voulut qu'on les jugeat légalement.

Les Ecoifois avoient alors une loi, qui, de deux amans coupables, c'efta-dire heureux, condamnoit a la mort celui qui avoit été le premier inftigateur du délit : 1'autre étoit feulement puni par 1'exilr Comme les amours Alfabelle 8c d'Aurélio avoient été fors

Sluiten