Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

■$oo Les Soirees

Quand tout fut fmi, d'Orméjoiï pere voulut gronder a fa facon. II demanda fi Ton vouloit le faire mourir de plaifir ?On lui dit qu'oui , mais dans cent ans. On fortit de cette falie encore plus gaiement qu'on n'y étoit entré ;- cbacun étoit content des autres Sc de foi-méme. D'Orméjon fils, dans les - plaifirs qu'il venoit de gouter , avoit lui-même oublié quelques inlians les chagrins que lui caufoit l'amour; mais fon cceur paria bientót pour Cécile Sc re-commenca a fentir les ennuis de 1'abfenee. tl eut envie de faire en ce moment une nouvelle tentative auprès de fon pere en faveur 4e fon amour ; mais il tut retenu par un excès de déiicatefie. II craignit de paroitre n'avoir porté a la fête qu'un fentiment intéreffé ; d'avoir 1'air enun mot de demander le falaire de fa peine Sc de fes foins. II fe contenta d'écrire a Cecile ; de luiraconterle bonheur qu'il avoit eu > en gémifiant fur celui qui

Sluiten