Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

jo4 Lés Soirees toi, d'Orméjon, continua-t-il, en s*adreflant a fon fils ? —■ Mais j mon pere, il faut la recevoir d'abord avec une

politefie froide. — Une politeffe

froide ? A la bonne heure. Alors la converfation devint générale ; chacim fe mit a raifonner fur la démarche de la Dame; les uns la jugeoient inconfidérée ; elle paroifloit toute naturelle aux autres ; au refte , ajouta le pere 3 nous verrons. Une politelfe froide 5 comme le dit mon fils, n'engage point. Puifqu'elle fonge a fe faire reconnoitre, fans doute elle a des preuves a nous donner ; nous les examinerons. Si elle a des titres réels, nous la reconnoitrons •, fi a fes titres elle joint de 1'honnêteté', desmceurs, nous 1'adopteronSi Mais, mon pere, interrompit avec un air inquiet le jeune d'Orméjon qui étoit alors l'mterprete de fes, fceurs, en 1'adoptant, vous ne 1'aimerez peut-être pas autant que vous nons aimez ? — Je ne peux rien vous dire

Sluiten