Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTS S. 507

d'un battement de mains Sc d'un éclat de rire qu'on n'interrompit que pour contempler la furprife de Madame d'Orméjon avec fès enfans. Elle pleure de tendrefle. Pour le jeune homme, il n'ofe s'abandonner a fes tranfports , paree qu'il n'ofe croire a ce qu'il voit» Hé bien, lui dit fon pere, es - tu d'avis de la reconnoitre a préfent ? Oui, mon pere, s'écria-t-il en tombant a fes pieds , de la il tombe aux genoux de Cécile , fe releve, Sc dans 1'ivreffe de fa joie, embraffe a droite , a gauche , veut parier, pouffe des fons , Sc ne dit rien. Alors fon pere le prend par la mam ; Sc s'adredant a fa mere, ainfi qu'a lui : J'avois fur le cceur, leur ditil avec un fourire aimable , la féte de 1'autre jour; j'ai voulu m'en venger; nous voila quittes. Je dois a, préfent jullifier ma conduite antérieure. Si les calculs de fortune ne doivent pas faire les mariages, ils doivent, quoi qu'on en dife, y entrer pour quelque chofe»

Sluiten