Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

%i6 Les Soirees

furement elle m'aimera: je ne fuis pas un benêt comme fon Lindor , qui eft , dit-on , tendre comme un Roman.

La Fée.

Adieu. Songez bien, mon fils, a ce que je vous ai dit. Et vous, Zéphirine vous m'avez entendue .

II fuffit.

( Charmant lui baife la main , & elle part.)

SCÈNE IV. Zéphirine y Charmant.

Zéphirine, (a part.)

^)ue je fuis malheureufe \ ó mon cher Lindor ! Impitoyable Fée , nous as-tu féparés pour jamais?

Charmant.

Oh ca, ma belle Zéphirine, ne par-

Sluiten