Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Daphnis ei Chioé. 49

de raifins pendus encores aux branches; de quoy faire ilz n'avoyent par le paffe jamais efté pareffeux; car & le macin dès que leurs trouppeaux commencoyent £ broutrer, ilz les alloyent faluer ; et le foir quand ilz les remenoyent au red, les alloyent de rechef adorer ; & jamais n'y ahoyent les mains vuides, qu'ils n'y portaffent tantoft quelques fleurs & tantoft quelq,es fruiös; une fois de la ramce verte , & une aultre fois quelque petit de laiö; dont puis après ilz receurent des Lcefles bien ample recompenfe. Mais pour iors ilz follaftroyent enfemble comme deux jeunes • levrons ; ilz faultoyent, ilz fl^ toyent, ilz chantoyent, ilz luftovent bris a bras 1'un contre 1'aultre, i pcnvi dc. leurs beliiers & boucquins.

Et ainn comme ilz s'esbartoyent, Car. vint un vieillard, veftu d'une peliffe de peau de chevre, des fabotz en fespieds* & un bilfac tout ufé, pendu a fon col ' kqucl fe féant auprès d'eulx, fe prind * leur dire : Mes enfantz, je föjs fc vieillard

E

Sluiten