Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

66 Les Amours

nent les coufteaux , 8c s'enfouyrent incontinent vers la marine , la oü ne rreuvanr rien a broutter parmi le fable , aulcunes d'elles plus hardies que les aulrres , s'approcherenr du batteau , 8c mangerenr la hard d'ozier donr il eftoir arraché.

De forrune , la mer eftoir un peu efmeue , paree qu'il s'eftoir levé un venr de rerre , rellemenr que la rourmenre eur incontinent efloingné le batteau du rivage, -6c 1'eur emporré en pleine mer ; dequoy les jeunes hommes de Mcrhymne s'eftanr appercues , les uns s'encoururcnr vers la mer , les aulrres rappellerent leurs chiens, 6c rous enfemble menerenr tel bruir, que tous les payfans de la autour les enrendantz ainfi crier , y coururenr de toutes parrz : mais rout cela ne fervir de rien ; car le vent fe refrefchiffanr toufiours de plus en plus, le mena fi reide 8c fi loing , qu'il n'y avoit plus ordre de le pouvoir atteindre.

Parquoy ces jeunes hommes fe voyant privez de beaucoup de biens qui eftoyent dedans leur batteau , chercherent tant le

Sluiten