Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Si Les Amours

fe faifoyent des chofes fi eftranges , qu'a peine les pourroit-on .croirc, Car quand ilz cuydoyent lever les ancres , elles tenoyent fi ferme au fond, qu'ilz ne les pouvoyent arracher , quelque efTort qu'ilz en. feiflent. Quand ilz cuydoyent abbattre leurs rames pour voguer, elles fe rompoyent. Les daulphins faultantz tout au' tour de leurs vaiffeaux 8c les battantz de leurs queues , en defcoufoyenr les jointures. Et entendoit-on le fon d'une trompe du deffus d'une roche haulre 8c droire cftanr a la cyme de 1'efcueil au pied duquel ilz eftoyent a. 1'abryt. Mais ce fon n'eftoit poinr playfanr a ouyr, comme feroir le fon d'une tromperre ordinaire , ajns effroyoit ceulx qui 1'enrcndoyenr, ne plus' ne moins que le fon d'une rromperte de guerre la nui£t : de quoy les Méthymniens eftoyent en merveilleux effroy , 8c couroyenr aux armes, difantz que c'eftoyent leurs enne» mis qui leur venoyent courir fus fans qu'ilz les apperceuffent ; tellcment qu'ilz defiroyent que la nuift revinft, comme s'ilz

Sluiten