Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

©e D a p h h i s et Chloé.

127

Ainfi qu'ilz mangeoyent enfemble Sc s'entre-baifoyent plus de fois qu'ilz n'avalloyenr de morceaulx , ilz apperceurent une barque de pefcbeurs qui paftbit au long de la cofte. II ne faifoic bruit quelconque , 5c eftoit la mer fort calme , au 'inoyen de quoy les pefcbeurs s'eftoyent mis a ramer a la plus grande diligence qu'ilz pouvoyenr , pour porter en quelques bonnes m'aifons de la ville du poiftbn tout fraiz pefché ; 5c ce que les autres mariniers 8c gens de rame ont toufiours accouftumé de faire pour fculagcr leur traval 1 , ces pefcbeurs le faLfoyent alors ; c'efV que 1'un d'enrre eulx , pour donner courage aux aultres , chantoit ne fcays quel chant de marine , 6c les aultres luy rcfpondoyent a la cadence , comme l'on faicï en une dance.

Or tant qu'ilz voguerent en plcine mer ïc ion fe perdoit / a caufe que la voix s'évanoyftoit en 1'air ; mais quand ilz vindrenr a palier ia poinöe d'un efcueil , 6c emer en une baye creuze en forme dc

Sluiten