Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ix8

i-fis Amours

croiiTant , on ouyt bien pllls fort le bruit des rameS,&entendit-on pll!s clairemeflt ie ion de leur chanfon , pource que le champ voifin du rivage de la mer en eet enaWUü eftoit une longue vallée au«leflbubz d'un coufteau de montaigne , Iaquelle recepvant le fon comme le vent qui s'entonne dedans une flufte , rendoit un retentilTement qui repréfentoïc a part le fon des rames , & la voix des mariniers i part , qui eftoit une chofe aftez playfanre 'a ouyr j car pource que la voix venoit de la mer , celle qui retenriffoit fur la terre finiflbit d'autant plus tard que plus tard elle commencoir.

Daphnis, qui fcavoir bien dont ce retentilTement procedoit , ne regardoit feullement qu'en la mer , &c tafchoit a retenir quelque couplet de chanfon , afin de la jouer puis après fur fa flufte : mais Chloé , qui jamais n'avoit ouy ce refonnement de la voix qu'on appelle écho , tournoir fa tefte tantoft vers la mer , pendant que les f efcheurs chantoyent; & tantoft vers le

Sluiten