Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les Amours

«nnemy venant a propoz defiibéré pour tout gafter , n'y euft fceu pis faire : fi defchira incontinent fa jaquette , Sc s>efcria i haulte voix , difant, O Dieux ! ö Dieux' « fort que Myrtale laiftant ce qu'eile avoit en main , s'en courut viftement vers luy ; & Daphnis , qui avoir ja mené fes beftes aux champs, ayant ouy le bruit, s'en recourur aulfi a ia maifon , & VOyanr ce grand defarroy , fe prindrent tous a crier & en crianr a larmoyer."

Si n'eftoit pas de merveille que eulx qui redoubtoyent 1'ire de leur feigneur en ploraflenr ; car un eftrange a qui Ie faia n'euft point touché , en euft bien ploré de Voir un fi beau lieu defpouillé de fa beauté & toute la terre gourfoullée , finon en certains endroiótz oü Ia malice de 1'envieux n'avoit point touché , par lefquels on pou V«t juger quelle avoit efté la „nguWitó de tout le refte , eftant en fon entier • car bien que tout y fuft renvcrfé fens defTus deflbubz , encore appercevoir-or» bien qu'il «r«k eft* aultrefois beau. JLes a^„e

Sluiten