Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

»e Daphnis et Chloé. ï?9

maintenantvers nous, comment chafcun va après toy en riant. Mais viens-moi baife lc premier : je te jure par les Nymphes que je ne te menrz point.

A peine s'arrefta Daphnis [quand il eur ouy ce ferment, S: artendit Aftyle , qui accouroir les bras tenduz pour Pembrasser Sc le baifer. Cependant les fervireurs & chambrieres de la maifon , le pere mefme & la mere , accoururent , qui 1'embrafferent et le baiferent en plorant de joye ; & luy de fon cofté fit aufli principalement fefte d fon pere 8c i fa mere , comme s'il les euft ja de long-tems congneuz, Sc les tint embraftez fort longuement. A peine les pouvoit lafcher , tant nature fe faia croire ayfément; de forte qu'il oublia prefque Chloé , tant il fut efpris de joye Sc de liefte. Si le ramena-t-on au logis Sc luy baüla - t - on une belle Sc riche robe Beuve : puis eftant veftu , fut afft joignant fon pere, qui lUy commenca un tel propoz r ' L

M« enfantz, je fUÏ roarié H;n

Sluiten