Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

3

Paufe.

TT

I j coutez. moi; Moi, VOint du Dieu des Cieuxf — Moi, Rêfplendmr de fa Gloire Suprème. —

O TOI, MON F1LS AUSSI CHERI, QU'HEUREÜX! — JE T'AI, Cdit-II,) ENGE N D R E', CE JOUR ME ME. PARLE: VEUX-TU DES PEUPLES L'IIERITAGE? J'EN FAIS LE TIEN; — OUI, LE SEC ET LES MERS SONT TON DOMAINE, ET PAR TOI, D 'AGE EN ACE. SERA RE'GLE' LE SORT DE L'UNIVERS. —

5'

MALH EUR A CEUX QUE TON BRAS FRAPPERA ! — MALHEUR A QUI TON SC EP T R E NE RE VERE ! — SCEPTRE DE FER, IL PULVERISERA TES ENNEMIS, COMME UN VASE DE TERRE. —

L'entendez-vous? OMonarques, & Princes! — Ah! fans délai, rentrez dans le devoir. — Rentrez y tous, Gouverneurs de Provinces, Qnie du Trés - Haut vous foumet le Pouvoir! 6.

Lui rendant gloire, en Lui confiez-vous. — A fon Elü prêtez ferment enfemble. — Gardant fes Loix, de joye éclattez-tous. — De 1'outrager, Oh! que votre ame tremble. — OfFrant vos cosurs au Fils que vous envoye Le Roi des Cieux, chériffez Le ardemment. — Völez vers Lui, déteftant une voye Oü vous eüffiez péri certainement. —

7-

Car tout- h- coup s'échapperont les feux De fon Courroux contre 1'Impénitence: — Mais, dans fon Sein, combien feront heureux Ccux qu'en fes Bras jetta la Repentance!

A s PSEAÜ-

Hebr. i. 3.

Rom.11. X.

Es. 41. 2. i Cbr. 15. X2-15.

Pf. I. 4.

Sluiten