Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

3-

Oh! voi de mes maux la grandeur. — Guèri-les; méts-y fin, Seigneur! — Regarde-moi d'un ceuil de Père. — De^Toi, par ton Fils, tout j'efpere; — Oui, tout, O Dieu, mon Rédempteur! —

4-

Confon Pefpoir d'un Aggreffeur, Qui déja fe compte vainqueur. —^ Cieux! pour fes Suppots quelle fète, Si la honte de ma défaite Mettoit le comble k mon malheur! —

5-*

Mais non: — En Toi , ffion Dieu-Sauveur, S'égaye d'avance mon coeur. — Ton Regard en fait 1'aflurance. — Pleine , éternelle üélivrance! J'adore en Jéfus ton Auteur. —

PSEAUME XIV.

Déprayation du Genre-Humain. u*

„ Point, point de Dieu! — dit, perverti de cceuf Autant quTiélas! privé de fens, 1'Impie. — Auffi, Grand Dieu! quel affreux train - de-vie! — Quoi? des forfaits les plus noirs plus d'horreur! — Quelle fureur! —

2.

Ce Dieu, dont 1'Oeuil, nuit & jour, voit, des Cieux, Tes Habitans, O malheureufe Terre! — N'en trouve aucun que la Sagefle éclaire; — Aucun hélas! cherchant, pour vivre heureux, A vivre mieux. —

D 3.

25 103. ty

Pf. 33: li* 14.

Rom. 3. ioj 11. 12.

Sluiten