Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

133

m-bien ce Vt. joeme, au commencement,

Aide-nous, O Chrift! k Te fuivre: — Qu'ils fotit glorieux , tes Sentiers ! — Lnfeigne •'nous Toi même a vivre En Frères, tes Cohéritiers. —

PS. XXXIV. Vt i.

Toujours je T'offrirai De nouveaux chants, O mon Sauveur! — Toujours avec plus de ferveur

Je T'en confacrerai. —

Mourant, j'exalterai Tes Loix, tes Vertus, tes Attraits: — Pour les exaker a-jamais,

Je reffufciterai. —

„™ ou ■ bien.

JL oujours je me plairai 'A de faints Concerts, O Seigneur! — Toujours, O mon Divin Sauveur!

Je m'y délecterai. — Eccl.z.u.

Je Te pfalmocifrai Jufques fur le bord du Tombeau: — Mais, Oh! quel Chant plus faint, plus beau,

Lorfque j'en fortirai! —

ou-bien, la Moitié ainji:

Nous Te pfalmodirons Epb.f.iQè Jufqu'aux bords du fombre Tombeau;

Mais, quel Concèrt plus vif, plus beau, EJ.z6.iq,

Quand nous en fortirons! —

PS. XXXIV. 8.

De tout cneur endurci , j$, a. ^

Amour de Chrift! rends-toi vainqueur, *-

R 3 Que

Sluiten