Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( io )

de me faire avancer autant que pofdans la connoifTance du métier que j'apprends. II y a une grande différence entre moi & les autres apprentifs quant aux chofes auxquelles on nous emploie : fans être bien vain , j'ofe dire auffi qu'il y en a afTez quant a la maniere dont on nous a élevés eux & moi. II n'y en a qu'un dont il me paroifïè que c'eft dommage de le voir occupé de chofes pour lefquelles il ne faut aucune intelligence & qui n'apprennent rien; il feroit fort naturel qu'il devint jaloux de moi: mais' je tacherai de faire enforte par toutes fortes de prévenances qu'il foit bien aife de m'avoir ici : cela me fera bien aifé. Les autres ne font que des poliffons.

Une chofe dont je fais fort bon gré a mon oncle , c'eft la maniere dont je fuis arrangé pour la dépenfe & pour mon argent. On paye pour moi trente louis de penfion , & demi-louis par mois de blanchifTage ; on m'a donné dix louis pour mes menus plaifirs} dont on veut que je ne renden

Sluiten