Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( i8 )

quatrieme lettre.

Henri Meyer a Godefroy Dorvilk.

£ Neuchatel ce De'c. 178 . •

Je te remercie , mon cher ami, de ta longue lettre ; elle m'a fait le plus grand plaifir ; oui, je crois que c'eft le plus grand ; & fürement c'eft celui dont j'ai été ■ le plus content après coup , que j'aie eu depuis que je fuis ici. Tu dois trouver ces phrafes uni peu embrouille'es; il eft naturel qu'elles 1 le foient , car mes penfe'es le font., II y a des chofes que je trouverois; ridicule , & prefque mal, de te dire j: mais d'un autre coté je ne voudrois pas qn'il y eut la moindre faufleté, ni même la moindre exagération dans. ce que je te dis. Si une fois Potr commence z manquer de fincérité , & cela fans une grande néceffité , on ne fait plus , a ce qu'il me femble i

Sluiten