Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( *1 )

mes maitrefTes & la Marie Befïbn fe mirent a me regarder , & je dis a la Marie : quave^-vous donc tant a me regarder? & ma maitrefle me dit; & toi , pourquoi deviens - tu fi rouge ? & quel mal te fait-on en te regardant ? & moi je dis ; hé bien , a la garde ! & je me mis a travailler , a möitié aife & a moitié fichée. Et le Jendemain , comme nous e'tions en journée , je courus a fiére aube chez Ia Jeanne Aimée pour tout ca lui dire , & nous jaublames enfemble que j'acheterois de mes trois petits écus un mouchoir de gaze , & un pierrot de gaze avec un grand fond , & un ruban rouge pour mettre avec. Et le dimanche en allant a 1'églife , je rencqntrat le Monfieur , qui ne me reconnut prefque pas , k caufe de ma coëfFe & de mon mouchoir ; c'eft qu'il ne m'avoit vue que des jours fur femaine. Et plufieurs jeunes Meffieurs du comptoir de Monfieur .. . dirent que j'étois bien jolie , & ne dirent rien de la Marie Beflbn , qui étoit déja bien gringe , & que cela engringea encorc B

Sluiten