Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

f %9 )

ces mots, puifque je n'ai pas pa Ie rencontrer dans les mes pour lui parler , quand je fuis fortie pour cela , comme j'en avois Pintention; & puis je penfe auffi que Monfieur ne feroic peut-être pas bien-aife fi je prenois la hardiefTe de lui parler le jour devant tout le monde; & le foir il ne conviendroit pas a une brave filie de courir toute feule par les mes. Mais faurok dit a Monfieur , comme quoi je fuis fortie de chez mes maitreffes , qui m'ont appellce une coureufe , & cela rien que pour la croix que Monfieur m'avoit donnée : ce n'eft pas que je demande rien a Monfieur , car je ne fuis pas dans la mifere ; mais le bois eft bien cher , & Phiver fera encore bien long , & les fenétres de ma chambre font fi mauvaifes que je ne puis prefque pas travailler dit froid que j'ai aux mains. Le cordonnier chez qui je fuis , demeure tont au bas de la rue des chevaux.

J'ai 1'honneur d'être,Monfieur,votre trés Juunble & trés affectionnée fervan te , Julianne C * *'*

B iij

Sluiten