Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 66 3

Berfon lui a pu dire que je n'étois pa.S nne honnête fille ; & pourtant, ma chere tante , je puis bien jurer que , fi ce n'é'toit ce vilain maitre horlöger chez qui j'ai fervi, & qui étoit pourtant un homme marié , il n'y auroit pas une plus brave fille que moi dans le Val de Rus : car pour avoir quelquefois badiné avec les garcons a la veillée , ou pendant les foins , les autres filles en faifoient autant que moi; & je ne fais pas fi un Monfieur penferoit pour ca qu'on n'auroit pas été une brave fille. Maïs & la garde ! il ne fert de rien de pleurer & de fe lamenter quand il n'efi: plus tems; & fi j'ai encore a pleurer, ce fera afTez tems quand j'en ferai fiire. II a fallu que j'aie bien prié mes maitrefTes ; mais c'eft auffi qu'elles ont beaucoup d'ouvrage apréfent. Comme ij y a des bals & des fociétés & des concerts & peut - ètre auffi des comédies , & que fais-je bien peu ? ces Dames font toutes fortes pour fe divertir -, & peut-être ne font-elles feuJement pas auili braves qu'une pauvre

Sluiten