Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

oü la Jeune Vihllk. 411

pas été féant que la princeffe eut voyagé toute feule. La petite reine contente de fa beauté, fur laquelle il ne lui reftoit plus de' doute , fe mit en marche fans aucun autre fouci que celui de rencontrer le prince Brillant , charmée d'imaginer qu'il pourroit 1'aimer & que de fon cótéelle pourroit lui plaire tous les jours , car elle en étoit fort occupée , fur-tout quand il ne lui reftoit nul objet de coquetterie. Cependant pour remédiera tous les inconvéniens du voyage, Sublime lui fit trouver au pied d'un arbre , quelques momens après le départ de Grondine , un de ces petits paniers que les filles portent a 1'école; il renfermoit une perite collation , une ferviette & un parafol couleur de rofe \ le tout enfemble ne pefoit pas plus d'une once ; la petite reine ramaffa le panier , paree qu'il lui parut d'une jolie forme , & le conferva paree qu'il lui devint néceffaire. II ne lui fallut pas un tems conftdérable pour connoïtre fes admirables propriétés , elle marcha quelques heures , & la nuit approchant, le befoin de manger 1'engagea de recourir aux vivres de fon panier ; la propreté lui fit étendre la ferviette par terre pour fe coucher , la crainre du ferain lui fit planter fon parafol au-deffus de fa tète, & 1'habitude d'avoir la tere élevée , Pobligea a la placer fur fon panier : la ferviette devint un très-bon lit, le parafol'farma

Sluiten