Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4*4 BEtllNÈTtÉ

grand age, que l'on auroit peut-être éclaté de ntt fans le refpect que l'on croyoit devoir a fon rang. Le prince des Plumes lui fit donner le plus beau de fes chevaux, & la conduifit a fon palais fans même achever la chaffe commencée; il la préfenta a la reine fa mère, qui lui céda fon appartement, Sublime, fans paroitre, eut foin d'entretenir cette cour dans les idéés qu'elle s'étoit formées. Sans cette précaution, Bellinette les auroit bientót détruites par fa vivacité ; elle paroiffoit ne défirer que les bals, les fpectacles & les plailirs , elle eut entière fatisfacf ion. L'on ne penfoir qua fuivre ou a prévenir fes défirs ; mais ces bals & ces avances que fa coquetterie naturelle lui faifoient recevoir, ne fervirent qu'al'étonnet Sc qu'a 1'affliger. Les jeunes gens de la cour I'entouroient fans cefie a la vérité, Sc cherchoienti lui plaire : mais c'étoit d'une facon cruelle ; on avoit recours a fon crédit, a fa juftice , a fon autorité. L'un la conjuroit de rendre fa maïtrelfe fenfible, 1'autre de lui faciliter un rendez vous; en un mot, perfonne ne lui parloit d'elle même. Quelle peine pour une jeune perfonne coquette ♦ que celle d'entendre toujours parler des autres! Elle fut obligée de rabattre un peu de fa fierré, mais plus elle faifoit d'avances pour fe faire dire quelque chofe d'obligeant, plus on fembioit redoubier les difcours qui lui étoient étrangers,

Sluiten