Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4*<> B E l l I K B T T ï'

quife convertit en froid & en férieux a la vue d'une perfonne qui lui étoit inconnue. Bellinette furprife d'un tel accueil, lui en fit quelques reproches auxquels il ne répondit que par des plaifanteries douces & legères: elles ne furent pas longues; car ils arrivèrent aux cabanes. Bellinette après les avoir vifitées demeuta feule un moment dans celle de Belline, difant en elle-même avec inquiétude : quoi,-ne ferois-je plus jolie! Serois-je méconnoiflable ! Elle regarda promptement fon miroir , & fe trouvant aufli bien qu'elle s'en étoit flattée , l'inconftance qu'elle fuppofa au prince & le mépris dont elle lui parut accompagnée, la firent tomber évanouie; elle fut même aflez long-tems dans cet état. Mais Belline & le prince Fidéle inquiets de fa longue abfence, la vinrent trouver & la fecoururent^ ils la portètent dans la cabane du prince Brillant,qui confenttt aifément a la lui ceder. Elle étoit tapiflée de toutes les dépouillesdes oifeaux du plus riche plumage qui fe trouvoient fans nombre dans cet heureux féjour. Brillant qui avoit beaucoup de goüx naturel & qui deflinoit alTez biea pour un prince, s'étoit non-feulement amufé a donner un arrangement merveilleux a ces plumes ; mais il avoit encore defliné les plus belles fleurs q^inaifibient a chaque pas dans ce délicieux cli- ■ ■mat: ces delfeins fe trouvoient arrangés au milieu de les chiffres & de ceux de Bf'linette, tout en-

Sluiten