Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'g HlSTOIRE

nement de Titi a la coutonne fuc extréme. Pendant feize jours la nuit ne parut faite que pour varier le fpedacle, & non pour donner le tems du fommeil. Toutes les mes étoient pleines de monde , & retentiffoient du bruit de toutes Cortes d'inftrumens, dont la mufique n'éroit interrompue que pat des cris d'allégreffe j elles étoient toutes tendues des plus belles tapifferies , & le pavé étoit couvert de fleurs. On dépeupla les forets voifines pour planter devant chaque porte un arbre en figne de réjouifTance , felón la coutumedupays. On dreffa au milieu des mes, des berceaux de feuillages fous lefqueis il y avoit des tables continuellement fervies par toutes les matfons du quartier, & oü tous ceux qui venoient prendte place étoient bien re^us. A chaque coin de rue il y avoit des buffers chargés de toutes fottes de rafraichiffemens & de toutes fottes" de vins, & des hommes qui ne lahffoient paffee perfonne fans boire a la fanté de Titi, ou pour mieux dire a la fanté du roi. Les places publiques étoient ornées tout autour de portiques de'feuillaces, fous lefqueis on rrouvoit toutes fottes de fruits'& de liqueurs, tandis que le milieu de ces places étoit occupé , ou par des perfonnes qui danfoient, ou par des théatres fur lefqueis des baladins de route efpèce, farceurs, danfeurs de cordes, marionnettes , joueurs de gobclets , fe

Sluiten