Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

të H I S T 8 I 1 !

extraordinaire fut mis en ceuvre. Un avare que la joie& le vinavoient fait devenir honnêtehomme, s'avifa le treizième jour de ces réjouifTances, de prendre tout 1'argent qu'il avoit dans un coffre fort , 8c de le jeter a poignée par les fenètres. On exagère peut-être, mais on dit qu'il jeta ainfi plus de deux eens mille écus. Son exemple fut fuivi de tous ceux qui avoient de 1'argent chez eux j les uns plus, les autres moins. Les ginguets d'or & d'argent, toutes fortes d'efpèces de monnoie, pleuvoient dansles rues; ceux quin'avoient point d'argent monnoyé , y jetèrent leur vaiffelle. Un marchand s'étaut avifé d'ouvrir fa boutique, & d'inviter les pafTans a y venir choifir des éroffes gratis , tous les autres marchands firent de même. Et on ne peut dire combien tout cela auroit duré , fi une troupe de danfeurs qui parcouroient les rues , précédés de hautbois & de violons', ne fe fulfent avifés de vouloir aller danfer dans la maifon du premier miniftre du feu roi ; on leur en refufa 1'entrée , fous le prétexte qu'il étoit abfent. Ces danfeurs en forcèrent la porre , & une nombreufe populace s'étant jointe a. eux, la maifon fut dans peu de tems démolie. Cette action violente fervit de prétexte pour faire cefler ces fêtes qui duroient depuis feize jours , & qui auroient pu dégéjaérer en quelque chofe de tragique pour tous

Sluiten