Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ö w P R r n c e T i T r. ij.

« prïndpakment que mon cceur qui ait befoin d'elle t & ma conduite a principalement befoin de vous. II s'étoit propofé de n'écrire que cette lertre • il ne. pat fe refufer d'y e„ joindre une autre per iJibi. II craigmt qu'elle ne fut faxhée s'il ne fa» «nvoij pas , & fe fit un p!aifïr de. cqM & auroit de recevoir de fes nouvelles

Le prince Fullfoi arriva i Ia cour de Ia reine mëre , lorfque cette reine tenoitfon confeil avec les mmiftres &feigneurs de fon parti, & avec les pnncpaux de la province. li j avoit deux heures qu elle avoit appris la nouvelle de 1'entree de Titi ^ns Ia capitale du royaume, & de Ia joie qu<» les peuples avoient fait éclater. Le prince fe fit annoncer. II entra, remit a la reine & au prebier miniftre les lettres dont il étoit chargé • & comme il voulut, par la feule expofirion des circonftances préfentes, porter Ie confeil de Ia reine rnere 4 faire ce que le roi exigeoit, Tripalle lui dit ' d aller fe repofer , & qu'elle lui feroit favoir la «ponk Fullfoi fe retira. La reine Iut Ia lettre qu il lm avoit remife, & dit au premier miniftre de ire auffi celle qu'il avoit recue. Après que 1 une & I autre eurem été lues tout bas, Ia reine donna la fienne a lire tout haut. Le premier miniftre fut obhge d en faire a-utant; & ces lettres ayant été ainncommuniquéesau confeil, Tripalledemanda « q»d y avoic a faire, & exigea que chacua

Sluiten