Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. jj£ » Si vous êtes de mon fentiment, fur quoi » je ne veux gêner perfonne , ajoura-t-elle , en » jerafit les yeux fur rous ceux qui étoient pré-

W fens > 11 n> a ore/Ter les propofitions que » nous avons a faire. »

On applaudir d'une voix unanime au difcours de Tripalle. On rravailla fur le champ * dreflèt les propofitions qui devoient être envoyées a Tin' ou , pour mieux dire, les conventions qu'on exigeoit de ce prince.

Elles contenoienten fubftance, ^vCoutre l\,pa. nage du au frère unique au roi , on accordcrok d Triptillon quinV mille cinq eens ginguets d'or par chaque mois , pour intreden de quatre régens' & de deux compagnies de gardes , tant d pica qu'd cheval. Que cefdits rJgimens dépendroient telUment de Tnptdlon , que non-fiulement tous les emplois feroient dfa difpofuion, mais que le &eu même de leur garnifon & de leur fervice d.pendroient de lui. Que ft la reine mère ne vouloit plus retourner d la cour Ja majejlépourroit refter dans le chdteau royal de laprovince oü ellefe trouvoit acluellement, & quc Triptillon pourroit demeurer avec elk, s üpréféroit cette retraite d quelqu'autre demeure que ce füu Que tous les feigneurs, & autres fans exception, auuturotentfutvile parti de Tripüllon , froknt confervés dansles charges, rangs, tkres & dignhes qu'ds avoiemfous le regne du.feu roi; & que pour ga-

Bij

Sluiten