Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 27. inquiets a la joie que leurs pareus & leurs amis auroient de les embrafier.

II écrivit après cela une lettre a la rekie mère, qui commencoit aiafi :

Madame,

C'efi avec une extréme douleur quejevoisparla lettre, & les propofitions que vous m'ave^ envoyées, que je dois défefpérer d'obtenir les bonnes grdces de votre majefté. J'ojè dire que mon attackement & mon rejpecl pour elle méritoisnt un autre retöur. Je ne me départirai jamais de ces fentimens , madame. Ainfi pour ce qui regarde la perfonne de votre majefté, je nai point de convention d faire, je nai qua favoir fa volonté & la fuivre. Mais pour ce qui regarde tout autre , & fur-tout ceux qui out foufcrit les propofitions que vous m'ave%_ envoyées , votre majefté me permettra de lui dire, que je ne penfe pas ajfe{ mal du titre que je porte, pour vouloir capituler avec ceux qui norit que le droit de mobéir. Ma regie fera de ne jamais pardonner les fautes fur lefquelles on aura eu le. tems de réfléchir, & qu'on auroit pu riparer. C'efi affe-^y pufquon ne devroit peut-ctre pas même pardonner celles qui ont été jaites fans réflexion. Je le répète, pour ce qui regarde votre majefté, madame , je

Sluiten