Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i£ Histoirê n'ai qti'd foufcrire a* ce qu'elle fouhaite, mais jö vous fupplie de confeiller a mon fiere , & h tous ceux qui font auprès de lui un parti de fieditieux, de venir avant fei^e jours fe remettre dans leur devoir, ou de fe bannir pour jamais du royaume ; autrement je les feraifervir d'exemplé aux mauvais fujets. Je nen excepte que mon fr ere , en faveur de Jon age, & dans l'efpérance que fi on ne lui apprend pas maintenant ce qu'il doit faire, plus de connoiffance de fes devoirs & de fes ve'ritables in-, téréts le remettra dans le bon chemin.

Titi s'étendoit enfuite fur 1 ïmpoflibilité Je faire réuffir le parti de Triprillon , & fur le peu de confiance que la reine devoit avoir en ceux mêmes qui lui paroilfoient le plus attachés ; fur quoi il lui envoyoit une copie des propofitions que le premier miniftre avoit faites. Dans Ia . crainte qu'elle ne communiquar pas certe letrre a ceux qui avoienr intérêt d'en être inftruits , il Ia fit voir aux deux fecrétaires d'état, &c aux fix feigneurs qui avoient quitté le parri de Triptillon, Sc le prince Fullfoi leur en donna quelques copies qu'ils firent remettre a. ceux de leurs amis qui étoient reftés auprès de Tripalle, par le même officier qui lui porta celle de Titi.

La reine mère fut extrèmement furprife a Ia ledure de cette lettte. Elle ctoyoit que Titi

Sluiten