Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi. 29 n'étoit bon que de cette bonté de tempérament qui marqué plus de foibleile que de vertu. Elle ne connoifloit que celïe-la, ou cette bonté perfide que la politique met en ufage pour féduire ceux dont ellë a befoin. Elle ne connoiiToir pas la vraie bonté que la raifon infpire & dirige comme les autres vertus , & dont le terme eft une juftice d'auranr plus févère , que certe bonté a été plus grande. La reine mère s'imagina que Tiri ne lui auroir jamais écrir avec tant de réfolution , fi quelqu'un ne leut porté a le faire. Elle fe promit bien de le découvrir, & de punir tót ou tard cruellement qui que ce put être 5 mais ce qui 1'agitoit cruellement elle-même , c'étoit la trahifon du premier miniftre donr elle ne pouvoit fe venger fans fe perdre £ a caufe du pouvoit qu'il avoit dans la province , oü Pon peut dire qu'elle & Triptillon étoient fous fa protection. Tel eft le fort des grands qui prennenr des partis injuftes , & fur-tout de ceux qui fe révoltent contre 1'autorité fuprême : obligés de ménager tout le monde , ils deviennent les efclaves de tous ceux dont ils ont befoin. La reine mère, agitée, incertaine , réfolue feulement a ne pas prendre le feul parri qu'elle auroit dü fuivre , fi elle eut écouté la raifon , rouloit dans fa tête mille idéés dont aucune ne pouvoit la fixer. Elle eut cependatts affez de prudence pour ne lailfet

Sluiten