Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

j4 H I S T O I R t

prévint mille mauvais manéges , & fit craindre de Faire des fautes plus confidérables que celles d!avoic trop de curiofité. Cependant, Abor ne refta inconnu a la cour que peu de tems. Le rol apprit aux principaux feigneurs , qu'Abor étoit un homme chez qui il avoit logé lorfqu'il avoit fait travailler a la conftruction du fort Titi j qu'il 1'avoit trouvé cultivant fes terres de fes propres mains; mais poffédant en foi un tréfor ineftimable , un fens droit, & une probité fi rare, qü'il étoit réfolu de le confulter fur toutes les affaires , & de lui donncr toutes les marqués de diftincïion dues au vrai mérite , quand même il n'en auroit pas une autre raifon qu'on fauroit quelque jour. Ces dernicres patoles qui causèrent aux courtifans une nouvelle curiofité , 'fervirent aulfi a redoubler leurs artentions a 1'égard d'Abor. Cependant, Titi eut beaucoup de peine k le faire refter I la cour ■ & fur-tout dans le magnifique appartement oü on 1'avoit logé. // eft trop grand pour moi \ difoit-il a Titi en fouriant, je cralr.s de m'y p-èrdre , & moi lui répondit Titi, je crains de tne perdre ici fans vous. Fous m'aimc^, mon cher Abor', poiufuivit le roi, Bibi va être le Hen de notre unlon &' de notre amitié. L'expérience que vo'Js dve\'du monde vous apprend qu'il n'eft ijuinjuftice '& perfidïe. Fotre vertu maffure de la droiturè de vos confiils. VouU^-vous men priyer duns

Sluiten