Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

41 HlSLOIRE

révcler. Mais quel matiage peut lui être plus avantageux que celui de ma fille , ajouta le roi ? Aücun, répondit la princefFe; je fuis süre que fi, lorfqu'il n'aimoit point, il eut connu la princeflTe Gracüie, c'eft elle qu'il auroit aimée indépendamment même de votre couronne. Mais fon cceur eft pris, je connois fa candeur & fa verru. II ne fera point, par fon inconftance, le malheur d'une perfonne dont il eft aimé. Et, pour continuer de parler franchement, en vc'rité , fire , .pourfuivit Blanchebrune , je crois que le plaifir d'aimer celle qu'il aime , peur contrebalancer tous les avantages qu'il trouveroit avec la première princefle du monde. Puifque cela eft , dit Forteferre , je vous prie, madame , de difFérer de quatre jours votre départ ; je vous accompagnerai avec ma fille , & je partagerai avec vous la joie de voir fur le tróne un prince que j'aimerai toujours comme mon fils , quoiqu'il ne puiffe 1'être. C'eft ce qui fit différer le voyage de la princefle & de tous ceux qui devoient la fuivre. Elle envoya un courier pour informer Tiri du deflein de Forteferre. Et en effet a peine le premier mois du règne de Titi étoit écoulé, qu'on apprit que Forteferre venoit d'arriver fiu: les frontières oü on avoit envoyé les ordres né.ceflaires ponr lui faire rendre les plus grands refpefts, & ou les premiess feigneurs du'joyaume

Sluiten