Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du P r t n c ï Titi. 7$

a. faire voir a Titi que, par toutes fortes de raifons , il devoit époufer la princefle Gracilie ; qu'il feroit indigne de lui, d'écouter toute autre paffion contraire au bien de 1'état, & qu'elle étoit li réiblue de ne plus fe livrer a celle qu'il lui avoit marquée , qu'elle difparoitroit plutót pour toujours , que de le voir héfiter fur un mariage aufli avantageux, & aufli fouhaité de fes peuples. Qu'afin qu'il n'eüt pas le moindre fcrupule a eet égard, elle le lui demandoit comme une preuve de ten» drefle aufli digne de lui, que 1'étoit d'elle la preuve de 1'attachement exttême qu'elle lui marquoit en la lui demandant; Sc enfin, que ce n'étoit qu'a ces conditions qu'il pourroit la conferver dans fes états, d'oü fans cela elle difparoitroit pour jamais.

Abor regut cette lettre , juftement comme il étoit prêr a partir. 11 Papporta a. Titi, qui la lut avec beaucoup d'émotion. Malgré le foin que Bibi avoit pris a y cacher fa tendrelfe extreme , Tiri découvroir cette tendrefle jufques dans le foin qu'elle avoit pris de la cacher •, mais il fouffroit de 1'effort qu'il fentoit bien que Bibi devoit fe faire , Sc de 1'agitation oü il jugeoit qu'étoiti'ame de cette rendre & généreufe fille. Ce n'étoit pas tout; comme il la connoifloit incapable de détouts & d'artifices, & qu'elle menacoit de dif

Sluiten