Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

86 HïSTOIRS

qu'on ne cherchat que 1'agrément, Sc non la magnificence , qui rend les lieux fuperbes, mais quelquefois triftes, Sc qui ne conviendroient point a une petite maifon qui feroit confervée relle qu'elle étoit. C'eft en cette vue que travaillèrent tous ceux qui firent des defleins.

On revint a la petite maifon , en prolongeant la promenade, oü Tiri Sc Bibi eurent occnfion d:e fe parler en particulier. C'eft-la qu'elle apprit a fon cher prince , combien le voyage du roi Forteferre 1'avoir alarmée , comme elle avoit vu, fous la figure d'un papilion , rout ce qui s'étoit palTé dans le palais des fleurs; comme elle étoit fbuvent venue , fous la figure d'une mouche, fe donner la fatisfaótion de le voir au milieu de fa cour, Sc même feul dans fa chambre , fans avoir voulu fe faire voir a lui, par une délicatefle dont. Titi la gronda beaucoup. Combien de fois , ditelle , Sc je ne rougis point de vous 1'avouer, moa cher prince ; combien de fois vous ai-je baifé la main , fous la figure d'une mouche, que vous ehaflïez comme un infecte , Sc c'étoit la pauvre Bibi ? Elle conta toutes les inquiétudes oü 1'avoient jerée les nouvelles publiques, Sc fur-tout les vers qui décrivoient la Fée du palais des fleurs: enfin, ce qu'elle s'éroit dit a elle-même , lorfque défefpérée par la crainte de le perdre,, elle avoit Cru néanmoins qu'elle devoit 1'encourager a 1'a-,

Sluiten