Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

9Z HlSTOIFvE

cruauré des hommes , Sc non point a leur valeur.

II avoit une maitreffè qu'il aimoit extrêmement, Sc qui étoit la feule perion ne qu'il eut aimée, lorfque le roi fon père lui fit époufer une princelTe qu'il n'aimoit poinr. Celle-ci, dont Gracilie fut Ia fille unique , mourut deux ans après fon mariage. L'autre lui ayant fait une infidéliré, il alla chez elle, monta dans fa chambre & la jeta par la fenètre. Depuis ce tems , il n'aima plus que pour farisfaire aux befoins de fon tempérament , comme il aimoit une bouteille, dont il ne fe foucioit plus quand fa foif étoit palTée. II prétendoit que c'eft ainfi que les hommes doivent aimer les femmes, Sc qu'il eft ridicule de voir un héros tendre , puifque toute tendreffe eft toujours foibleffe & fervirude. Malgréces fentimens, il neput s'empêcher d'avouer que Bibi mériroir d'être aimée ; Sc que la tendreffe que Tiri avoit ponr elle n'étoit pas foibleffe , mais juftice.

II ne fe mertoit jamais a table , que lorfqu'il avoit fini toutes les affaires qu'il devoit régler. On I'a vu a 1'armée , après des marches pénibles , paffër les nuits a travailler , fans prendre , pendant vingt-quatre heures, que deux taffes de café, ou un verre de vin , ou quelquefois même fimplemenr un verre d'eau, Sc quelques

Sluiten