Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

toa H I S T O I R B

c]ue quelque chofe qu'il arrivé, ils refteront toujours aufli vrais & aufli bons qu'ils le fonr, &c le paroiffenr actuellement. En difant ceci , Diamantine quitta fa figure de vieille , & parut entre les deux rois , comme une belle reine, pleine de graces & de majefté , & brillanre des plus belles pierreries- du monde. La princefle Gracilie , qui s'en étoit d'abord moquée intérieurement, fut alors furprife de joie & d'admiration, & foubaira, dans le fond de fon cceur , de pouvoir bien obrenir 1'amitié de cette grande fée. Les deux dames d'honneur, & les quarre feigneurs dont elle n'écotr point connue , furenr également ravis de tant de merveilles , & ne fongèrent plus qu'a devenir agréables a Diamanrine. La joie & Padmiration éclatoient dans tous les yeux. II n'y avoit que Forteferre qui avoit Fair un peu rêveur. Ecoutez , madame , dit-il, en s'adreflant a Diamantine , je vais vous parler finccrement. Je n'ai point 1'honneur de vous connoitte , & quoique j'eufle beaucoup entendu parler de fée, je n'en avois point vu ; je croyois même , pour vous dire la vérité toute pure , que les merveilles qu'on en diföir étoient des contes a dormir de bout, ou propres tout au plus a amufer de petits enfans. J'ajouterai même, avec votre permiflion , qu'on m'a dir que ces dames étoient fort capricieufes ; cju'elles faifoient fouvent du. mal fans fujet^

Sluiten