Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

dü Prince Titi. 107

pt la fee? Permectez moi, fire, de dire a votre majefté que je ne doute point de fa valeur; mais qua eer égard vous paroilfez prefqu'aufli déheat qu'un faux brave. J'ai bien une autre grace £ vous demander , mais je nlofe plus yous parler ; yous me fermez la bouche. Parlez , parlez toujonrs, dit Forteferre en fuuriant; pardonnezmoi mon humeur brufque, je fuis au fond affez bon homme. Eh bien , dit la fée, j'ai une autre grace a vous demander, pour laquelle vous avez encore plus befoin de valeur que pour la première. Qu'eft ce que c'eft, demanda Forteferre ? Promettez-moi, reprit la fée , de ne vous plus mettre en coière. Cela ne dépend pas de moi , répondit-il , c'eft mon tempérament. Je fais que Vous ne pouvez vous empêcher d'en fentir les mouvemens, direlle, mais promettez moi de les réprimer Pourquoi avoir de la valeur contre fes ennemis, & n'en pas avoir contre fes paflions? C'eft que nos paflions , c'eft nous, répondit forteferre; oui , c'eft nous, dit la fée; mais un nous défiguré qui n'eft pas ce qu'il doit être. Pourquoi n'avoir pas le courage deire ce qu'on doit? En vériré , dit Forteferre , ne parions point morale , grande fée ; buvons, Je le veux bien , dit-elle ; mais pour ce coup-ci, laitfez le moi boire dans mon propre verre. En difant ces paroles , elle dit a 1'EvejUé ; Allons, page aux vieilles, mon

Sluiten