Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

1,0 H i S t o i r e

eiroit-on pas q»'elle- même partage le plaifir qu'it aura a Ie boire. Malgré Ia dureté de la pierre Sc Ia feriteffe des figures, on a eu I'adreife d'esprimer ces fentimens dans leurs regards & dans les airs de tére, fans parler du refte de leur attitude, noble autant qu'elle eftgr,cieufe. 11 parcourut ainfi toutes les autres figures. II faüoit que cela fut d'une grande perfedion, car il ne pouvoir celler de 1'admirer. Enfin, après I'avoir long tems confi'déré , il le donna a Tiri, qui le préfenta d'abord k Gracilie ; mais quelqun.fLnce qu'il £fc . cette princefte' voulut faire voir qu'il y avoir de jeunes filles qui favoient modérer leur curiofité; elle protefta que quelquenvie qu'elle eut d'admirer de prés ce précieux vafe, elle ne le verroit quafon tour, & qu'il faüoit qu'il pafsat a la ronde. Ainü Titi après I'avoir examiné, Ie donna a une dame qui étoit k fa gauche, & ainfi de fuite eetincomparaole gobelet fit le tour, C'éroit quelque chofe d'étonnant que les coups de lumiere qui en fortoient k chaque mouvement qu'on lui donnoit. Quand il fut revenu enrre les mains de la fée s verfons, dit-elle, afin de voir les nouvelles la* mières que ce verre fait éelaref quand il eft moitié plein. Rien n'étoit en effet plus beau que les bril*

lantes&diverfescouleursquecaufoienrl'agitation du vin & les réfractions de la lumiere des boagies. Si vous vouliez faire une expérience, ajouta Dia*

Sluiten